La Part de l'autre

La part de l’autre, de Eric-Emmanuel SCHMITT 

La part de l’autre est un roman écrit par l’écrivain français Eric-Emmanuel SCHMITT qui est né en 1960. Ses œuvres sont lues et reconnues dans le monde entier. Ce roman parle de la biographie d’HITLER à partir d’authentiques éléments et de son histoire fictive s’il était entré à l’école des Beaux-arts de Vienne. Le point de vue du narrateur est neutre dans les deux histoires. La différence entre les deux hommes se remarque par leur nom : le vrai dictateur se nomme Adolf Hitler tandis que le deuxième personnage créé de toutes pièces par l’auteur s’appelle Adolf H. Que se serait-il passé si Hitler était entré aux Beaux-arts ?

L’histoire commence par le vrai Adolf Hitler qui se fait recaler pour l’entrée des Beaux-arts et par la suite le « faux » Adolf H qui réussit son examen d’entrée. Dans son journal personnel à la fin du livre, Eric-Emmanuel SCHMITT dit qu’il a hâte de faire mourir Adolf Hitler, car il confie au lecteur que dans sa vie privée il avait changé. Cependant dès qu’il fit mourir le dictateur, ses enfants le remarquèrent immédiatement. Ce n’est pas tant à la situation politique de l’époque que l’auteur s’intéresse dans ce livre mais plutôt au développement personnel et intime d’Hitler. La perfidie écœurante d’Hitler et l’abomination de la guerre sont décrites sur un registre très réaliste, telle « la boucherie héroïque » de Voltaire, par l’auteur. Adolf Hitler reconnait par lui-même qu’il a un problème de séduction .Par conséquent, il ira voir Freud, psychanalyste de l’époque. Ce dernier le guérit donc il apprit à aimer et à se faire aimer. S’il n’avait pas fait cette démarche, il aurait fini comme le véritable Adolf HITLER qui n’a jamais aimé et n’a jamais été aimé dans sa vie intime. 

« A la veille de son suicide avec Eva Braun, une de ses secrétaires pensait que la folie d'Hitler ne venait pas d'idées étranges, haineuses ou excessives, ni même d’une détermination inébranlable qui veut ignorer les obstacles de la réalité, mais peut-être d'un manque absolu de compassion »* Cette critique semble résumer l’ensemble de cette double biographie.

*http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/1835

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×